addEventListener("load", function() { setTimeout(hideURLbar, 0); }, false); function hideURLbar(){ window.scrollTo(0,1); }


Parce-que, oui, effectivement, c’est toute une histoire, l’Histoire avec sa grande hache, qui partage la Bretagne en deux !
Il s’agit d’une frontière linguistique, que dis-je, culturelle, essentielle !!! Vous remarquerez que la frontière ne correspond pas aux limites départementales et que la Loire Atlantique est inclue en Bretagne : historiquement, c’est juste, administrativement, non ! Puisque la Loire Atlantique appartient maintenant à la région Pays de la Loire !!!! Un scandale !



A l’Ouest, partie grise de la carte, dite la Basse Bretagne, ça parle breton. A l’Est, la partie bleue, la haute Bretagne, ça parle gallo (gaulois) ! En Basse Bretagne, on fait des crêpes, fines et/ou croustillantes (ça vous dit, les crêpes dentelle ?). En Haute Bretagne, on fait des galettes, plus épaisses ! Mais maintenant crêpes et galettes se confondent sur les menus ! On parle généralement de galettes pour le salé et de crêpes pour le sucré. J’ai choisi aussi cette dénomination pour plus de facilité. Mais essayez donc le sarrasin avec une garniture sucrée ! Mais attention, si vous partez en Bretagne pour la première fois, demandez-moi conseil pour ne pas commettre d’erreur !!! L’originalité, en Bretagne, est l’utilisation de la farine de sarrasin pour les crêpes...




Le sarrasin croît spontanément en Mandchourie (au Sud de la Sibérie) et au Népal. Les croisés du XIIème siècle découvrirent les beaux champs roses de fleurs de sarrasin et rapportèrent quelques plants. Sa culture se révéla exigeante et sa production faible. Heureusement, le climat breton doux et humide ainsi que ses terres acides correspondaient à ses exigences... Anne de Bretagne, au début du XVIème siècle, persuadée de ses atouts (ceux du sarrasin !), en fit semer dans toute la Bretagne et l’histoire des crêpes et des galettes commençait ! Actuellement, la Chine, la Russie, la Pologne, l’Ukraine et le Canada sont les principaux exportateurs. La récolte française avoisine les 6 000 tonnes de grain pour un marché français de 12 000 tonnes !



Mais pourquoi tant d’histoires pour ce sarrasin ? D’abord, il n’est pas de la famille des céréales mais de celle des "polygonacées" comme l’oseille et la rhubarbe. Drôle de plante qui pousse dans des terres peu fertiles et qui possède des propriétés nutritives exceptionnelles!
ABSENCE TOTALE DE GLUTEN !
13% de protéines dont des acides aminés les plus précieux : par exemple, la lysine, indispensable à la croissance, dont le taux présent est le double de celui d’une céréale.
3 % de matières grasses
72% de sucres lents (dont 10% d’amidon)
12 % d’eau
Sels minéraux pour 100 g :
Magnésium (combat ostéoporose, fatigue, stress...) : 231 mg
Phosphore (solidité des os, des dents...) : 226 mg
Potassium (régule le rythme cardiaque...) : 460 mg
Calcium (constituant des os, des dents...) : 18 mg

En résumé, tout cela confère au sarrasin le titre d’aliment protéiné de haute valeur biologique et le classe parmi les meilleures du monde végétal !






Manali en Inde du Nord – 2009

Vous en voulez encore des histoires ?
J’adore les crêpes et les galettes car il en existe partout dans le monde et parce-qu’elles sont apparues il y a 9 017 ans à peu près (!) alors, ça en fait des recettes, des histoires, des rituels, des coutumes !
Par exemple, jusqu'au début du XXème, la jeune mariée bretonne devait jeter la première crêpe de sa fabrication (la plus difficile à réussir) sur le haut de l’armoire, marquant son respect aux ancêtres!
Déjà au XVème siècle, les crêperies ambulantes existaient équipées de galétières en fonte de 70 cm de diamètre...





Il existe dans le Morbihan, en fin d’été, le Festival des Galettes du Monde... de toute façon, si vous allez en Bretagne, ne ratez ce festival ainsi que l’Interceltique de Lorient sous aucun prétexte. Vous plongerez dans la culture bretonne ouverte sur le monde, un vrai régal...
Venez donc au Tourne galette, goûter, découvrir, partager le monde des crêpes et des galettes !
Bon, il faut tout de même parler des crêpes de froment (blé) et de châtaigne... Traditionnellement, "les riches" mangeaient des crêpes avec de la farine de blé, des œufs. "Les pauvres", eux, se contentaient de crêpes de sarrasin. Le même phénomène s'est produit avec le pain : pain blanc, pain complet foncé. Aujourd'hui, les crêpes de blé se sont généralisées. Mais le blé n'a plus bonne presse, avec ses ajouts de gluten par les agro-industriels même dans certaines farine bio ! En effet, Le gluten est un ensemble de protéines que l'on retrouve dans les grains de nombreuses céréales - blé, seigle, orge... Deux protéines, insolubles dans l'eau, donnent à la farine des propriétés visco-élastiques, exploitées en agroalimentaire pour donner une certaine structure, du volume, aux produits à moindre "coût". Mais les conséquences sanitaires sur le système digestif ont été ignorées. Heureusement, aujourd’hui, le marché du sans gluten est en pleine expansion. Mais bon, de temps en temps, on ne va pas de priver de bonnes crêpes au blé, un bon blé bien bio ou mélangé à de la farine de châtaigne (sans gluten). Bon maintenant ça suffa comme si ! Le mieux est de vous diriger vers le menu qui, j’espère, vous amènera au Tourne Galette !